Etymologie d'Espagne.Préambule

 

                                                                                               Etymologie  d’Espagne

 

                                                                                                           Préambule

 

                                                                                                          par André Sordes

 

 

 

                                     En cherchant l’étymologie du mot España sur internet on trouve des  hypothèses très diverses.

 

                                En 1267 Cándido Maria Trigueros pense par exemple que «  la racine SPN, ou SPHN, du phénicien I.saphan.im signifie el norte et que I.S.PN .YA est la Tierra- del- Norte ». Nous ignorons les détails de son raisonnement, mais penser que les Phéniciens ont baptisé la Péninsule Ibérique Terre- du- Nord, alors qu’ils allaient jusqu’en Bretagne, c’est-à-dire en Grande- Bretagne, pour chercher des lingots d’étain, semble peu probable. D’autre part la notion de pluriel rendue par le suffixe im  dans le phénicien Isaphanîm n’apparaît pas dans son interprétation.

 

 

                              Quant à Jesus Luis Canchillos, en 2000, il voit dans SPAN, élément de Isaphanim la racine  SPN qui signifierait forger des métaux, et pour lui l’étymon de Hispania voudrait dire la tierra en la que se forjan metales. L’Espagne était certes réputée pour ses nombreux gisements de minerais et n’a pas manqué d’attirer Phéniciens, Grecs et autres Orientaux… puis les Romains, mais ce pays n’a pourtant pas eu l’exclusivité du forgeage. L’âge de bronze a débuté au IV° millénaire en Mésopotamie et l’extraction de minerais existait dans diverses régions, comme la Toscane ou la Grande Bretagne entre autres. L’île de Chypre, quant à elle, doit son nom à ses importants gisements de cuivre, kupr en grec, tandis que la Gaule était appelée Gallia Aurifera par certains auteurs anciens. Ces pays, ainsi que la Grèce, l’Egypte et la Perse forgeaient, les uns et les autres, des armes, des bijoux et divers objets usuels...l’Espagne aussi, bien sûr, mais ce  n’était  pas la seule terre où l’on forgeait les métaux ! On ne voit donc pas très bien pourquoi les Phéniciens auraient choisi cette appellation pour la Péninsule Ibérique de préférence à un autre pays.

 

 

                                       Nous découvrons également à propos de l’étymologie du mot Espagne un  site de Wiktionnaire où l’on peut lire : « Du phénicien y-šəpanym, l’île des damans, (mammifère ressemblant vaguement à un lièvre). Les Phéniciens virent que cette région était abondamment peuplée de lièvres et les prirent par erreur pour des damans ».

 

                               La graphie y-šəpanym pour représenter la prononciation du phénicien écrit H-SPNM, alors que les historiens écrivent i-saphanim, est surprenante. En effet Y, upsilon, ou I grec, est la lettre qui représente le son de la voyelle antérieure arrondie U du français Tu, or ce phonème n’existe pas dans les langues sémitiques !

 

 

                                         « Mammifère ressemblant vaguement à un lièvre.»

 

                                          Un daman et un lièvre sont en fait très différents :

 

                                          Les damans vivent en groupes, d’une dizaine d’individus quelquefois, les lièvres sont par contre solitaires.

 

                                     Les damans creusent des terriers ou se réfugient dans des creux de rochers, les lièvres s’abritent dans un gîte sous un buisson, dorment et nichent à même le sol.

 

                                          Les damans sont des animaux diurnes, les lièvres sont plutôt nocturnes.

 

                                          Les damans ont des petites oreilles rondes, les lièvres ont des oreilles particulièrement longues.

 

                                        Les damans ont des pattes menues en proportion de leurs corps assez massifs, les lièvres ont un corps élancé et des pattes arrière très développées qui leur permettent de faire des bonds spectaculaires.

 

                                         La ressemblance entre ces deux types d’animaux est donc bien loin d’être évidente, c’est le moins qu’on puisse dire !

 

 

                                         « Les Phéniciens prirent les lièvres par erreur pour des damans ».

 

                                   Les Phéniciens ne risquaient surtout  pas de confondre des lièvres et des damans pour la bonne raison qu’ils connaissaient parfaitement aussi bien les damans que les lièvres, car ces animaux vivaient au Moyen Orient. La preuve en est dans les mentions sphn et rnvt de ces deux animaux dans le Lévitique C 11 ; V 5-6 et le Deutéronome C 14 ; V 7, parties de la Bible rédigée au 8°, ou 7° siècle, et basée sur des textes encore plus anciens. Si les animaux qui pullulaient en Espagne avaient été des lièvres les Phéniciens auraient donc utilisé la racine sémitique RNB pour désigner ce pays. (Le lièvre se dit rnevett dans la Bible  en hébreu, et en arabe c’est rneb. Nous rappelons qu’en hébreu le B  articulé comme une spirante  équivaut  à un V bilabial).

 

                                        Il y avait bien des lièvres en Espagne, mais les animaux fouisseursdiurnes et vivant en groupes qui pullulaient et que les Phéniciens n’avaient jamais vus auparavant étaient des lapins de garenne ! Faute de connaître leur nom ils les ont alors assimilés à des damans, saphanîm , surtout à cause de leurs mœurs, et malgré leur aspect quand même différent!

 

                                    Si les lapins étaient une nouveauté pour les Phéniciens, ceux-ci n-ont pas tardé à les mettre au menu de leurs repas, et quand l’animal abattu ou piégé se révélait être une femelle pleine ils se régalaient en mangeant les fœtus ! La recette a du reste traversé les siècles puisque les Romains  en ont fait de même par la suite : ils étaient en effet amateurs de laurices, c’est-à-dire de fœtus de lapins, et c’est l’appétit de ces cuniculophiles pour ce mets délicat qui est à l’origine de l’élevage… et de la diffusion de ce gibier, diffusion favorisée par la nature particulièrement prolifique de ces animaux !

                              

 

 

 

                         

 

                      

                                

 

 

                                 

 

2 votes. Moyenne 3.50 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site